CAN-2017: la CAF dément les « rumeurs persistantes » de délocalisation

Annonces
Annonces
Paris (AFP) – La Confédération africaine de football (CAF) a démenti les « rumeurs persistantes » de délocalisation de la CAN-2017 organisée au Gabon (14 janvier-5 février), affirmant qu' »il n’a jamais été question de trouver un pays de substitution », alors que le pays traverse une crise politique majeure, mercredi dans un communiqué.

« Des rumeurs persistantes, circulant ces derniers jours sur les réseaux sociaux, désormais relayées par des organes d’information, font état de la délocalisation de la CAN-2017 », a écrit l’instance africaine dans un communiqué.

« La CAF tient à rappeler que, comme réitéré à moult reprises au cours de diverses interviews par son président, Issa Hayatou, il n’a jamais été question de trouver un pays de substitution pour abriter la CAN-2017 », a-t-elle ajouté.

La compétition, qui doit se dérouler dans les villes de Libreville, Franceville, Port-Gentil et Oyem, représente un enjeu politique pour le président Ali Bongo, dont la réélection après le scrutin à tour unique du 27 août a entraîné des manifestations, des émeutes et des pillages sévèrement réprimés.

Hayatou avait confié début octobre que la CAF avait refusé de « décaler de quelques jours » la tenue du tournoi, après les troubles suscités par les résultats de l’élection présidentielle.

Le Gabon jouera le match d’ouverture le 14 janvier à Libreville contre la Guinée-Bissau, avant d’affronter le Burkina Faso et le Cameroun.

Les plus populaires

Annonces