Zimbabwe: suspension des poursuites contre des vétérans opposés à Mugabe

Annonces
Annonces
Harare, 23 nov 2016 (AFP) – La justice du Zimbabwe a suspendu mercredi les poursuites intentées contre cinq anciens combattants de la guerre d’indépendance accusés d’avoir « sapé l’autorité » du président Robert Mugabe en dénonçant ses méthodes « dictatoriales ».

Lors de la deuxième audience de leur procès devant un tribunal d’Harare, le juge Hosea Mujaya a reproché au parquet ses demandes répétées de report des débats.

« Je rejette tout nouveau report (…) gardez votre pagaille au sein de votre service », a sèchement argumenté le magistrat.

Cette décision impose au parquet de renouveler toute la procédure avant d’obtenir une nouvelle date d’audience.

Douglas Mahiya, le porte-parole de l’Association nationale des anciens combattants du Zimbabwe (ZNLWA), et quatre autres de ses responsables sont poursuivis pour avoir écrit en août un texte accusant M. Mugabe de comportement « dictatorial ».

Ils avaient également annoncé qu’ils ne soutiendraient pas une nouvelle candidature à la présidence du chef de l’Etat, 92 ans.

Mardi, leur avocate, Beatrice Mtetwa, avait rejeté devant le juge les accusations lancées contre ses clients.

Jusque-là considérés comme des piliers du régime, les vétérans ont publiquement manifesté leur défiance au président l’été dernier, en pleine vague de manifestations anti-Mugabe.

La répression implacable menée par le régime contre toute forme d’opposition a jusque-là réussi à éteindre la contestation.

Mais la grave crise économique que traverse le pays, où 90% de la population est au chômage, maintient la pression sur le régime du président Mugabe.

Pour pallier le manque de liquidités qui asphyxie l’économie, le gouvernement du Zimbabwe a annoncé l’émission prochainement de « billets d’obligation », indexés sur le dollar, ravivant dans la population les craintes de l’hyperinflation des années 2000.

Les plus populaires

Annonces