Maroc: prison avec sursis pour deux leaders islamistes impliqués dans une affaire de moeurs

Annonces
Annonces
Rabat, 25 nov 2016 (AFP) – Deux responsables islamistes marocains, impliqués dans une affaire de moeurs qui avait défrayé la chronique au Maroc en août dernier, ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis et une amende de 50 euros, a rapporté la presse locale.

Omar Benhammad et Fatima Nejjar, deux leaders sexagénaires de l’aile religieuse du parti islamiste PJD (à la tête du gouvernement depuis 2011), avaient été arrêtés le 20 août par la police dans une « posture sexuelle », dans une voiture garée près d’une plage.

Poursuivis pour adultère, attentat à la pudeur et tentative de corruption, ils ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis assortis d’une amende de 500 dirhams par le Tribunal de première instance de Benslimane, a indiqué leur avocat, Abdelmalek Zaâzaâ, cité par la presse, et qui a jugé ce verdict « infondé ».

La loi marocaine punit les relations extraconjugales d’un mois à un an de prison.

L’arrestation de ces deux personnalités de premier plan au sein de la mouvance islamiste PJD, dont l’une était connue pour son combat contre la « tentation et le vice », avait fait grand bruit à l’époque.

L’affaire, baptisée « l’affaire du MUR » (du nom du mouvement dirigé par les deux sexagénaires), était intervenue à un mois et demi des élections législatives, et avait pris tout de suite une forte dimension politique. Un leader islamiste avait dénoncé « une machination policière » pour discréditer le PJD à l’approche du scrutin (remporté par le PJD). Les services de sécurité avaient démenti, insistant sur le caractère « fortuit » de cette arrestation.

Les plus populaires

Annonces