Turquie: Erdogan ravive le spectre de la peine de mort

Annonces
Annonces
Istanbul (AFP) – « Ce que Georges, Hans ou Helga peuvent dire ne nous intéresse pas », rugit le président turc Recep Tayyip Erdogan. « Ce qui compte pour nous, c’est ce que disent Ayse, Murat, Mehmet ou Hatice. Ce que dit Allah! »

Opposer des noms européens à des noms turcs, pour finalement invoquer celui d’Allah, est devenu un procédé rhétorique classique de M. Erdogan pour rejeter les mises en garde européennes contre le rétablissement de la peine de mort en Turquie.

En dépit de ces avertissements, le président turc affiche depuis plusieurs mois sa détermination à franchir le pas, même si une telle mesure sonnerait le glas de la demande d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Certains analystes estimaient pourtant qu’après le référendum du 16 avril sur le renforcement de ses pouvoirs, M. Erdogan baisserait le ton sur ce sujet et que la peine de mort était pour lui surtout un argumentaire destiné à rallier les électeurs nationalistes.

M. Erdogan a douché leurs attentes le soir-même du référendum après l’annonce de sa victoire étriquée. Lors d’un discours devant des milliers de ses supporteurs scandant « idam » (« exécution », en turc), il a affirmé qu’un référendum serait organisé sur la peine capitale si le Parlement ne la rétablissait pas.

– « Voici la corde » –

La peine capitale a été complètement abolie en 2004, dans le cadre du processus d’adhésion à l’UE, deux ans après l’arrivée au pouvoir du parti de M. Erdogan, l’AKP.

Bruxelles affirme que l’abolition de la peine de mort est l’une des préconditions essentielles à l’adhésion et le Conseil de l’Europe, dont la Turquie est membre depuis 1950, en a fait une obligation pour les nouveaux membres.

« Il va sans dire que si vous voulez rétablir la peine de mort, vous ne pouvez pas être membre du Conseil de l’Europe », a répété jeudi son secrétaire général Thorbjoern Jagland.

A son accession au pouvoir en 2003, M. Erdogan avait pourtant refusé de recourir à la peine capitale en dépit des pressions des nationalistes.

Ce fut notamment le cas avec Abdullah Öcalan, le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), bête noire d’Ankara, arrêté en 1999 et dont la condamnation à mort a été commuée en prison à vie.

Le chef du parti ultranationaliste MHP, Devlet Bahçeli, avait à l’époque brandi une corde lors d’un meeting pour appeler M. Erdogan à exécuter M. Öcalan. « Voici la corde! Pendez-le si vous le pouvez! » avait-il crié en jetant le noeud coulant à la foule qui l’écoutait.

Plus d’une décennie plus tard, M. Erdogan salue désormais publiquement la volonté de M. Bahçeli de faire rétablir la peine capitale.

La victoire serrée de M. Erdogan au référendum de dimanche signifie qu’il va devoir continuer à compter sur le soutien de M. Bahçeli qui l’a appuyé pendant la campagne, selon Marc Pierini, expert de l’organisme Carnegie Europe.

« Des questions comme le rétablissement de la peine de mort et la rupture des liens avec l’UE sont des ingrédients-clé du discours politique des deux partis », explique M. Pierini.

– « Graves conséquences » –

Certains responsables turcs estiment que la peine capitale doit être rétablie afin de punir les putschistes présumés impliqués dans le coup d’Etat avorté du 15 juillet mené par des militaires factieux.

Mais la question reste sensible dans un pays marqué par plusieurs coups d’Etat, et nombreux sont ceux qui ne veulent pas rouvrir les plaies du passé.

Le pendaison de l’ancien Premier ministre Adnan Menderes avec deux de ses ministres dans la foulée du coup d’Etat de 1960 est souvent invoquée par M. Erdogan pour critiquer cette ancienne Turquie dans laquelle l’armée était toute-puissante.

D’autres exécutions ont suivi le coup d’Etat militaire de 1971, puis celui de 1980.

La dernier supplicié est le militant de gauche Hidir Aslan, exécuté le 25 octobre 1984.

« Cette nation a vu par le passé les graves conséquences de la peine de mort, et les réactions que cela a provoqué », dit à l’AFP Faruk Logoglu, ancien ambassadeur turc à Washington. « La société doit revenir à la raison. La peine de mort signifierait la fin automatique des relations avec l’UE. Le prix serait trop élevé », estime-t-il.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces