Heurts lors d’une mobilisation pour les grévistes de la faim palestiniens

Annonces
Annonces
Ramallah (Territoires palestiniens) (AFP) – De violents heurts entre des centaines de jeunes palestiniens et des soldats israéliens ont fait au moins quatre blessés jeudi près de Ramallah, en Cisjordanie occupée, lors d’une journée de soutien aux grévistes de la faim, a constaté une journaliste de l’AFP.

Les jeunes, encagoulés ou masqués, ont lancé des pierres sur les soldats qui ont riposté en tirant des balles en caoutchouc ou en dispersant sur eux avec un canon un liquide dégageant une odeur pestilentielle.

Quatre Palestiniens atteints par des projectiles en caoutchouc ont été évacués sur des civières, certains la jambe ensanglantée.

Ces heurts sont survenus au niveau du check-point de Bet-El, à la sortie de Ramallah, l’un des lieux privilégiés par la jeunesse palestinienne pour protester contre l’occupation militaire israélienne des Territoires palestiniens qui dure depuis 50 ans.

Les Palestiniens étaient appelés jeudi à une nouvelle journée de mobilisation en faveur des centaines de prisonniers palestiniens en grève de la faim depuis le 17 avril dans les prisons israéliennes. Ils réclament de meilleures conditions de détention.

« Nous entrons dans une période extrêmement critique » pour les grévistes de la faim, a déclaré le président du Club des prisonniers, Qaddoura Farès, lors d’un rassemblement de solidarité à Ramallah.

« Un grand nombre de prisonniers ne peuvent même plus bouger de leur lit ou satisfaire leurs besoins fondamentaux », a-t-il ajouté.

Le meneur de la grève, Marwan Barghouthi, surnommé le « Mandela palestinien » par ses supporteurs et considéré comme un terroriste par Israël, a reçu jeudi matin la visite d’un délégué de du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour la première fois depuis le 17 avril, a dit un porte-parole du CICR.

Le CICR est l’unique organisme international qui rencontre les centaines de grévistes de la faim et suit leur état de santé. Le porte-parole a refusé de s’exprimer sur la santé de M. Barghouthi conformément aux règles de confidentialité auxquelles son organisation est tenue.

M. Barghouthi, figure politique la plus populaire chez les Palestiniens, purge cinq peines de prison à perpétuité infligées par la justice israélienne qui l’accuse de meurtres pour son rôle dans des attentats meurtriers lors de la seconde Intifada (2000-2005).

Les autorités israéliennes ont tenté de le discréditer en diffusant dimanche deux vidéos tournées à son insu dans sa cellule et le montrant, selon elles, en train de manger alors qu’il est censé être en grève de la faim. Ses supporteurs dénoncent un trucage.

Adalah, une ONG arabe israélienne de défense des droits de l’Homme, a indiqué dans un communiqué avoir demandé une enquête à la justice et à l’administration pénitentiaire israéliennes sur ces vidéos. Filmer et diffuser les images d’un détenu dans sa cellule est illégal et constitue une « violation cruelle » du droit à la dignité et à l’intimité, a fortiori quand on peut voir le détenu dans le coin réservé aux toilettes, s’est ému Adalah.

La question des prisonniers est très sensible parmi les Palestiniens, quasiment tous concernés à un degré ou un autre. Plus de 850.000 Palestiniens ont été incarcérés par Israël depuis l’occupation en 1967 de leurs Territoires, selon leurs dirigeants.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces