Corée du Sud: le président met au rebut des manuels d’histoire controversés

Annonces
Annonces
Séoul (AFP) – Le nouveau président sud-coréen Moon Jae-In va mettre au rebut des manuels d’histoire controversés publiés par le précédent gouvernement conservateur, les accusant de présenter une version « démodée et partisane » du passé, ont annoncé ses services vendredi.

Ces manuels d’histoire destinés aux collégiens et aux lycéens étaient considérés comme l’une des réformes phare du gouvernement de la présidente déchue Park Geung-Hye. Les conservateurs reprochaient aux textes précédents d’être gauchisants et de trop défendre la Corée du Nord.

Le gouvernement conservateur avait commencé à publier les nouveaux ouvrages en début d’année et l’opposition d’alors avait dénoncé une tentative de réhabilitation du père de Mme Park, le dictateur Park Cheung-Hee, au pouvoir à Séoul pendant deux décennies.

L’abolition de ces ouvrages était l’une des promesses clé de la campagne de M. Moon.

« Dans un effort pour normaliser l’enseignement de l’histoire, le président a ordonné l’abolition des livres agréés par l’Etat », a déclaré le porte-parole du président Yoon Young-Chan. Ces ouvrages étaient « le symbole d’un enseignement de l’histoire démodé et partisan, et une tentative pour diviser le peuple ».

Initialement, le gouvernement de Mme Park avait annoncé que ses ouvrages révisés seraient imposés à tous. Mais face à la vague de critiques émanant entre autres d’historiens et d’enseignants, il avait accepté que les écoles choisissent entre ces ouvrages et d’autres manuels agréés publiés par des maisons d’édition privées.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces