La bataille de Raqa, nouveau défi humanitaire en Syrie

Annonces
Annonces
Beyrouth (AFP) – Avec l’intensification des combats pour chasser le groupe Etat islamique (EI) de son bastion de Raqa, les ONG font face à un défi de taille pour venir au secours des civils dans cette région isolée de Syrie.

L’approvisionnement « est très, très limité alors que les besoins sont immenses », résume Puk Leenders, coordinateur de Médecins sans frontières (MSF) pour les opérations d’urgence dans le nord syrien.

Les ONG cherchent à venir en aide aux dizaines de milliers d’habitants ayant fui Raqa et ses environs depuis le lancement en novembre de l’offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde appuyée par les Etats-Unis, pour reprendre la région aux jihadistes.

Mais avec la progression ces derniers jours des FDS dans la ville même de Raqa, de nouvelles vagues de déplacés sont attendues.

Or l’aide humanitaire s’avère difficile à acheminer vers cette région désertique et en bonne partie coupée du reste de la Syrie et des pays voisins, la Turquie et l’Irak.

Ankara, qui considère les FDS comme un groupe « terroriste », a ainsi fermé sa frontière au nord de Raqa.

La frontière avec l’Irak, à environ 300 kilomètres au nord-est de fief jihadiste, reste ouverte aux marchandises mais dans la pratique la circulation est limitée, selon des responsables locaux.

L’ONU, qui opère en Syrie avec l’autorisation du régime, a pu larguer à partir de Damas de l’aide sur la ville de Qamichli, située à quelque de 300 km de Raqa.

Mais cette aide est « limitée et insuffisante pour faire face à tous les besoins », estime David Swanson, porte-parole régional du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

– ‘Situation volatile’ –

Ville moyenne en Syrie, Raqa comptait 300.000 habitants sous le règne de l’EI, dont 80.000 déplacés venus d’autres régions en guerre. Mais, selon l’ONU, quelque 169.000 personnes ont fui la ville et ses environs pendant les seuls mois d’avril et mai.

Depuis, des milliers de déplacés s’entassent dans des camps sous-dimensionnés pour les accueillir tous.

Ainsi, à Aïn Issa, à environ 50 km au nord de Raqa, les civils tout juste arrivés disent dormir à même le sol, sans matelas ni tente.

« Le camp compte plus de 25.000 personnes alors qu’il a été conçu pour en accueillir 10.000 », affirme à l’AFP son directeur, Jalal Ayyaf. « Les ONG fournissent de l’aide, mais c’est insuffisant pour faire face à toutes les arrivées. »

Près de 800 personnes arrivent tous les jours dans le camp, selon Mme Leenders de MSF. D’autres dorment sur les bords de routes ou sous des arbres au nord de la ville.

Les acteurs humanitaires s’inquiètent aussi d’une « situation sécuritaire très volatile », les civils étant à la fois menacés par « les mines et engins explosifs improvisés (…), les attaques de l’EI, et les raids de la coalition internationale », selon Paul Donohoe du International Rescue Committee (IRC). A terme, « près de la moitié de la population (restante) de Raqa pourrait fuir la ville », prévient-il.

La Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie a d’ailleurs appelé mercredi les protagonistes à protéger davantage la population, se disant « gravement préoccupée » par le nombre croissant de civils tués, notamment par les frappes aériennes.

– ‘Choix impossible’ –

Ceux qui arrivent à fuir sont souvent blessés ou souffrent de problèmes de santé allant de la déshydratation aux maladies chroniques non soignées. Mais la région manque de personnel médical qualifié et les infrastructures ont été endommagées dans les combats.

« Les hôpitaux sont minés. Il est très difficile de recommencer à les utiliser (…) C’est un immense défi », souligne Mme Leenders.

Par ailleurs, « de nombreux civils en fuite débarquent dans des lieux situés trop près de la ligne de front », et donc difficiles d’accès pour les travailleurs humanitaires, explique M. Donohoe.

MSF tente néanmoins d’y mettre en place des unités médicales pour soigner en urgence les blessés graves en attendant qu’ils atteignent un hôpital.

Les civils dans Raqa font face à un « choix impossible », a mis en garde l’ONG la semaine dernière. « Soit ils restent à Raqa et exposent leurs enfants à la violence et aux bombardements aériens, soit ils tentent de leur faire passer la ligne de front, en sachant qu’ils pourraient être pris dans les tirs croisés et avoir à traverser des champs de mines. »

Des familles syriennes qui ont fui les combats à Raqa, installées au camp d’al-Karamah, le 13 juin 2017
Un enfant syrien dans le camp de déplacés d’al-Karamah, le 13 juin 2017 à 20 km à l’est de Raqa

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces