Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi, les faux jumeaux de l’opposition congolaise

Annonces
Annonces

Une alliance de circonstance. C’est la relation constatée entre ceux qui sont considérés par nos confrères de « Le Monde », comme étant les deux faux jumeaux de l’opposition congolaise. Felix Tshisekedi, le fils de l’opposant historique et l’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi se sont rencontrés à Paris.

Le premier nommé est considéré par certains comme étant le clone de son père décédé le 1er février dernier à Bruxelles. « Je suis tout le temps comparé à mon père, c’est difficile. Je suis son fils, pas son clone », lâche d’emblée le nouveau président du Rassemblement de l’opposition, qui demande « de l’indulgence ».

Alors que pour le second, il rêve un retour dans son pays après un long exil dans la capitale française.

« Cette fois, c’est imminent », assure de sa voix monotone le riche ancien gouverneur du Katanga, allié du pouvoir et passé à l’opposition en 2015. Il se sait attendu de pied ferme par le régime Kabila, qui a usé de la justice pour le faire condamner et le tenir éloigné.

« Le Monde » estime que les deux hommes entretiennent une relation politique de circonstance pour conquérir le pouvoir. « C’est un ami, un frère, un homme de parole, que j’ai rencontré en 2010. On se complète et ça doit continuer », dit Moïse Katumbi, qui nie catégoriquement avoir financé l’UDPS, le parti cofondé par Etienne Tshisekedi en 1984, comme le murmurent les mécontents de l’opposition et certains diplomates.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces