Collision au Japon: le chef de l’US Navy va rencontrer les familles

Annonces
Annonces
Tokyo (AFP) – Le chef de la marine américaine s’est rendu mardi au Japon pour rencontrer les familles des sept marins tués ce week-end dans la collision de leur destroyer avec un cargo.

« Il s’agit d’une rencontre intime, d’un deuil très solennel avec les familles », a déclaré à l’AFP Ron Flanders, responsable de presse de la base navale de Yokosuka au sud-ouest de Tokyo, où est arrivé l’amiral John Richardson.

L’enquête sur cet accident nocturne impliquant l’USS Fitzgerald et un porte-conteneurs battant pavillon philippin se poursuivait mardi.

Le bâtiment militaire a été fortement endommagé côté tribord par un violent choc survenu dans la nuit de vendredi à samedi au large de la côte pacifique du Japon avec l’ACX Crystal, beaucoup plus massif. La collision a provoqué une entrée d’eau dans une salle des machines, la salle de radio et des espaces de couchage, dans lesquels des plongeurs ont retrouvé dimanche les corps des marins, âgés de 19 à 37 ans.

Un porte-parole des garde-côtes a précisé à l’AFP que les Japonais demandaient auprès des Américains une autorisation d’interroger leur personnel militaire.

Des enquêteurs japonais ont déjà commencé de questionner l’équipage philippin du navire de commerce, qui appartient au géant japonais du transport maritime NYK Line.

Ils s’interrogent à présent sur la raison pour laquelle le cargo a mis près d’une heure à avertir les garde-côtes du fait que leur navire en avait heurté un autre.

Dans un premier temps, les garde-côtes avaient annoncé que l’accident s’était produit à 02H20 samedi (17H20 GMT vendredi), sur la foi d’un appel de l’équipage du porte-conteneurs, mais ces hommes ont par la suite dit aux enquêteurs que le choc s’était produit à 01H30, avaient indiqué à l’AFP lundi les garde-côtes.

L’enquête japonaise se penche également sur la raison d’un virage à 180 degrés opéré par le navire marchand de 222 mètres de long aux alentours de 02H00 et d’un autre virage à environ 02H20, comme l’indiquent des données du site internet de suivi du trafic maritime Marine Traffic.

« En ce qui concerne la chronologie des faits et d’autres détails, nous continuons d’enquêter », a déclaré le porte-parole des garde-côtes.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces