La Tanzanie menace d’arrêter les défenseurs des homosexuels

Annonces
Annonces
Nairobi (AFP) – Le gouvernement tanzanien a menacé d’arrêter tous les défenseurs des homosexuels et promis d’expulser les étrangers qui militeraient pour leurs droits, a rapporté lundi la presse locale.

« Je voudrais rappeler et avertir toutes les organisations et institutions qui font campagne et prétendent défendre les intérêts des homosexuels (…) Nous allons arrêter et traduire en justice tous ceux qui sont impliqués », a affirmé dimanche le ministre de l’Intérieur, Mwigulu Nchemba dans un discours public rapporté lundi par le quotidien gouvernemental Daily News.

« Ceux qui veulent l’homosexualité devraient partir vivre dans les pays qui acceptent ce genre de pratiques (…) S’il y a une organisation dans le pays qui soutient et plaide en faveur de l’homosexualité, elle perdra son enregistrement », a poursuivi M. Nchemba.

Le ministre a averti que son pays n’hésiterait à chasser du pays tout étranger défendant les droits des homosexuels. « Si nous trouvons un étranger menant cette campagne, il ou elle sera déporté(e) sans le moindre délai. Ils n’auront même pas le temps de retirer leur téléphone portable de la prise électrique », a-t-il asséné.

Dans un discours très controversé prononcé jeudi dernier, le président tanzanien John Magufuli s’en était déjà pris aux organisations défendant les droits des homosexuels et plaidant pour le droit des mères adolescentes à poursuivre leur scolarité après des maternités.

« Ceux qui nous enseignent des choses pareilles ne nous aiment pas, mes frères. Ils nous ont apporté la drogue, les pratiques homosexuelles que même les vaches réprouvent », avait affirmé le chef de l’Etat.

M. Magufuli avait exhorté ses administrés à cesser « d’imiter ces pratiques indignes », même si cela risque d’entraîner l’arrêt de certaines aides extérieures. « Ils (les Occidentaux) brandissent l’aide, mais ce sont les ressources qu’ils nous volent! ».

« Vous, vous élevez du bétail; mais avez-vous jamais vu une chèvre ou un porc se livrer à ce jeu? Et ces gens veulent que les Tanzaniens s’y adonnent! », avait-il ajouté.

Le gouvernement tanzanien avait menacé au début de l’année de publier des listes d’homosexuels faisant commerce de leur corps, avant d’y renoncer par la suite.

Quelques jours plus tôt, il avait ordonné la fermeture de centres de santé spécialisés dans la lutte contre le sida, accusés de promouvoir l’homosexualité, une décision critiquée par les États-Unis.

L’homosexualité est punissable en Tanzanie de très lourdes peines de prison, mais c’est seulement récemment que les autorités ont adopté une rhétorique anti-gay.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces