L’Aïd marquée par des affrontements au Cachemire indien

Annonces
Annonces
Srinagar (India) (AFP) – De nombreux affrontements ont opposé lundi manifestants et forces de sécurité indiennes au Cachemire, région poudrière où la majorité musulmane célébrait l’Aïd al-Fitr.

Le Cachemire indien vit depuis avril au rythme d’une énième vague de violence. Depuis le début de l’année, 197 personnes y ont péri, selon des groupes de défense des droits de l’Homme.

Afin de limiter les troubles, les autorités avaient placé les meneurs séparatistes en résidence surveillée pour ce jour de fête musulmane qui marque la fin du mois de jeûne de ramadan.

Mais les jets de pierre sur les soldats ont commencé dès la sortie de dizaines de milliers de fidèles des mosquées de Srinagar, capitale d’été de l’État du Jammu-et-Cachemire.

De nombreux jeunes agitaient des drapeaux du Pakistan, qui revendique également la souveraineté de ce plateau himalayen. Les forces de sécurité ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène et de tirs de fusils à plombs.

Une dizaine de personnes ont été blessés dans ces heurts, selon les médias indiens.

D’autres heurts ont été signalés en différents endroits de la vallée de Srinagar, notamment en périphérie de la ville ainsi que dans les districts de Sopore, Anantnag, Rajpora, Shopian et Safkadal.

Au cours du seul mois de ramadan, les quasi-quotidiennes fusillades opposant rebelles aux forces de sécurité et les manifestations meurtrières contre New Delhi ont fait 51 morts.

Le Cachemire est de facto divisé entre l’Inde et le Pakistan. Depuis la Partition de 1947, New Delhi et Islamabad se déchirent pour le contrôle de la région, un conflit dont découle une insurrection séparatiste dans la partie indienne.

Une partie de la population locale éprouve un profond ressentiment envers l’Inde, perçue comme une puissance occupante. Avec un demi-million de soldats indiens postés sur son sol, la zone est l’une des plus militarisées au monde.

Les plus populaires

Annonces