Japon: élections locales, Tokyo en ligne de mire

Annonces
Annonces
Tokyo (AFP) – Le Japon votait dimanche lors d’élections locales qui pourraient avoir des conséquences au niveau national à Tokyo, où la gouverneure défie le parti du Premier ministre Shinzo Abe dont la popularité recule.

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 7H00 (22H00 GMT samedi) et devaient fermer à 20H00 locales.

Yuriko Koike, élue en juillet 2016 et qui aurait des vues sur le poste de M. Abe, espère bien voir sa coalition supplanter localement le Parti libéral démocrate (PLD, droite) du Premier ministre qui détient la majorité des 127 sièges de l’assemblée métropolitaine de Tokyo.

Première femme élue gouverneur de Tokyo, Mme Koike vient de quitter le PLD pour mener son propre parti, Tomin First no Kai (Les habitants de Tokyo d’abord). Elle espère pouvoir gagner une majorité à cette assemblée grâce à une alliance avec la section locale du parti Komeito et, selon les sondages, le PLD pourrait perdre sa domination.

Mme Koike, âgée de 64 ans et qui bénéficie de taux de satisfaction dépassant les 60%, veut réfréner les dépenses engagées pour la préparation des jeux Olympiques de 2020 à Tokyo.

Ex-ministre de l’Environnement (2003-2006) et de la Défense en 2007, cette ancienne présentatrice de télévision a autorisé les caméras à pénétrer dans des réunions jusqu’alors tenues à huis clos.

An total, 259 candidats se présentent à l’assemblée métropolitaine de Tokyo qui gère une ville de presque 14 millions d’habitants.

Ce scrutin local constitue un indicateur sur l’état de l’opinion nationale alors que M. Abe, 62 ans, élu Premier ministre fin 2012, subit quelques revers depuis un scandale en mars durant lequel il a dû démentir un don au directeur controversé d’une école nationaliste envers un ami.

Selon un sondage récent publié par la chaîne publique NHK, le soutien au gouvernement de M. Abe a reculé de trois points en un mois, à 48%, tandis que le taux de mécontents gagnait six points à 36%.

Lors des dernières élections locales en 2013, alors que M. Abe était au faîte de sa popularité, les 57 candidats du PLD avaient tous remporté un siège à l’assemblée métropolitaine de Tokyo.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces