RDC: lourdes peines pour des militaires accusés de massacres au Kasaï

Annonces
Annonces
Kinshasa (AFP) – Huit militaires congolais ont été condamnés jeudi à de lourdes peines dans l’affaire d’une vidéo montrant un présumé massacre de civils par des soldats au Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo, après un mois de procès.

Le tribunal militaire de Mbuji-Mayi jugeait au total 9 militaires: deux ont été condamnés à 20 ans, trois à 15 ans, un à 12 mois, a déclaré à l’AFP Me Jimmy Bashile, avocat de la défense.

Deux militaires en fuite ont été condamnés par défaut à la prison à perpétuité, et le neuvième a été acquitté.

Les militaires en fuite et ceux ayant écopé de 20 et 15 ans de prison sont condamnés notamment pour meurtre. Celui condamné à 12 mois l’a été pour « non dénonciation de l’infraction commise par un agent militaire ».

Ces militaires étaient d’abord poursuivis pour « crimes de guerre » dans cette région où l’armée est engagée contre la rébellion Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août 2016 après s’être révolté contre les autorités de Kinshasa.

Ils ont été jugés dans l’affaire d’une vidéo supposée avoir été tournée dans le village de Mwanza-Lomba (Kasaï-oriental) montrant ce qui apparaît comme une scène de massacre de civils armés de bâtons par des militaires, et largement partagée sur les réseaux sociaux.

Le tribunal a ensuite abandonné la charge de « crimes de guerre » pour ne retenir notamment que l’infraction de « meurtre ».

-‘Légèreté’-

Le Bureau conjoint de l’ONU aux droits de l’Homme en RDC avait alors regretté l’absence de poursuite pour « crimes contre l’humanité » contre ces soldats car cela aurait constitué, selon lui, « un signal fort en direction de tous ceux qui sont impliqués dans les violences au Kasaï ».

Depuis septembre 2016, quatre provinces du Kasaï sont secouées par des violences meurtrières qui impliquent des miliciens, soldats et policiers, ayant causé plus de 3.000 morts, selon l’Eglise catholique et 1,3 million de déplacés selon l’ONU qui y a dénombré 42 fosses communes.

En mars, deux experts onusiens – l’Américain Michael Sharp et la Suédo-chilienne Zaida Catalan – missionnés par le secrétaire général de l’ONU pour enquêter sur ces violences ont été assassinés dans le Kasaï-central. Le procès de leurs assassins présumés est en cours à Kananga, capitale du KasaÏ-central.

L’ONU accuse les rebelles Kamwina Nsapu d’enrôler des enfants-soldats et d’avoir commis des atrocités, tout en dénonçant l’usage disproportionné et indiscriminé de la force par l’armée congolaise « ainsi que la mobilisation et l’armement des milices supplétives » par les autorités.

Ces violences qui sèment la terreur parmi la population mettent à mal le pouvoir de Kinshasa, fragilisé par une crise politique liée au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat qui a expiré depuis le 20 décembre.

Depuis plusieurs mois, le conflit au Kasaï suscite l’inquiétude de la communauté internationale, dans un climat tendu avec la RDC qui refuse toute enquête internationale, réclamée par l’ONU comme par les ONG.

Mardi, un collectif d’ONG congolaises du Kasaï a accusé la communauté internationale et le gouvernement congolais de « légèreté » dans la gestion de cette crise sécuritaire et humanitaire au Kasaï.

Des personnes ayant fui les violences au Kasaï attendent une distribution de nourriture dans un camp à Kikwit, le 7 juin 2017 en RDC

Les plus populaires

Annonces