Niger : Amnesty dénonce les détentions arbitraires de militants de la société civile et d’opposants

Annonces
Annonces

Les autorités doivent mettre fin à la vague d’arrestations arbitraires de militants de la société civile et d’opposants. C’est la position d’Amnesty international qui demande l’annulation des charges retenues contre des leaders de la société civile et activistes politiques.

Selon Amnesty, ces derniers mois, des militants de la société civile et des activistes politiques ont fréquemment été pris pour cibles pour avoir critiqué le gouvernement, et exprimé pacifiquement leur opinion sur l’actualité ou des décisions de justice sur Facebook ou dans les journaux.

« Cette vague d’arrestations de leaders d’opinion en raison de publications sur les réseaux sociaux est une pratique liberticide dangereuse et les poursuites pénales à leur encontre sont préoccupantes», a déclaré Kiné Fatim Diop, chargée de campagnes sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

Avant de poursuivre : «Les autorités font preuve d’une intolérance croissante à toute forme de critique. Un recul en matière de droits humains mettrait à mal les acquis du Niger dans le domaine. »

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces