Paris SG: une tournée amicale pour « aller à la rencontre des fans » (club à l’AFP)

Annonces
Annonces
Paris (AFP) – Mais pourquoi le PSG et sa nouvelle recrue Dani Alves s’envolent-ils samedi pour une tournée de matches amicaux aux Etats-Unis? Pour « aller à la rencontre de ses fans », expose dans un entretien à l’AFP Frédéric Longuépée, directeur général adjoint du club, qui en revendique 200 millions dans le monde.

QUESTION: En quoi la tournée d’été aux Etats-Unis est-elle importante pour le PSG?

REPONSE: « Pour devenir une grande franchise internationale, vous devez aller à la rencontre de vos fans. (Pour le PSG), ils sont de plus en plus nombreux, on les estime aujourd’hui à 200 millions de fans dans le monde (un chiffre issu d’une étude « réalisée avec un grand institut, l’institut Nielsen », explique M. Longuépée, ndlr). Le premier moyen est de faire voyager l’équipe, parce que ce sont les premiers ambassadeurs du club, qui permettent au PSG de rayonner en France et à l’international. Le second moyen, ce sont les réseaux sociaux. (…) Nous investissons beaucoup de temps et d’énergie dans l’animation de nos plate-formes, celles que vous connaissez, et d’autres en Chine qui est un pays qui s’ouvre significativement au football. »

Q: Justement, cela fait maintenant trois étés que le PSG se rend aux Etats-Unis, n’y a-t-il pas possibilité d’aller sur d’autres continents?

R: « L’Amérique est un continent important pour le club, au même titre que l’est le continent asiatique et, à l’instar des autres clubs, nous envisageons de retourner en Asie, où nous étions en 2014, à l’issue de ce cycle de trois ans. Pourquoi trois ans? Nous sommes convaincus que la répétition permet d’installer une marque sur un territoire. (…) Quand on amène une équipe, cela amène d’autres fans. L’enjeu pour nous est de faire grandir cette base de fans parce qu’on ne devient pas une marque internationale sans base de fans la plus large possible. Ils sont aussi une composante importante de ce que nous pouvons apporter aux marques qui nous font confiance, parce qu’elles souhaitent communiquer vers eux de manière privilégiée. »

Q: Quel regard porte le staff sportif du club sur ces tournées, qui sont contraignantes par rapport à la préparation de la saison à venir?

R: « L’ADN du PSG reste le sportif, donc il est capital pour le club de tout mettre en oeuvre pour que les conditions d’accueil, d’entraînement, de soins et de récupération soient optimales. (…) Aujourd’hui, les clubs de football comme le PSG sont de véritables marques, qui ont besoin de continuer à être des leaders sur leurs marchés respectifs. Ce sont des sujets qui sont parfaitement admis dans l’environnement sportif, avec qui la discussion est permanente. « 

Q: Quel est l’objectif du PSG en terme de développement de sa marque?

R: « Le PSG a été racheté par un fonds qatari en juin 2011 avec une ambition: créer un acteur majeur du football et en devenir un des leaders, figurer parmi les finalistes réguliers des phases finales de Ligue des champions et éventuellement, au sens anglais du terme (qu’on peut traduire par « à terme », ndlr), la gagner. Mais au-delà de ce projet sportif, qui est l’essence du projet, l’ambition est aussi de développer une marque de sport. On pense avoir les atouts pour cela, en ce sens où nous sommes la seule franchise du sport le plus regardé du monde dans l’une des villes les plus iconiques du monde. (…) La marque PSG est aujourd’hui valorisée 1 milliard d’euros, selon les classements sortis récemment, ce qui est plutôt une performance positive parce que ce club a été racheté il y a six saisons. »

Q: En terme de développement et de notoriété, rien ne remplace toutefois la signature d’un grand joueur, comme dernièrement celle de Dani Alves…

R: « Evidemment. L’institution reste plus forte que tout le monde, y compris les joueurs, mais certains joueurs ont une notoriété naturelle, un nombre de fans sur les réseaux sociaux qui fait que ca +drive+ (stimule, ndlr) la notoriété du club instantanément quand vous signez ce genre de joueurs. Ce n’est pas des éléments qu’on prend en compte dans le recrutement, parce que ce n’est pas ça qui prime, c’est la qualité des bonhommes, leur apport sportif, permettant d’atteindre le premier objectif, qui est de gagner des compétitions. Mais c’est évident que ça ne nuit pas. »

Propos recueillis par Corentin DAUTREPPE.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces