Le HCR «profondément préoccupé» par les déplacements des civils aux Kasaï

Annonces
Annonces

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dit vendredi 14 juillet profondément préoccupé par la poursuite des violences et des déplacements de civils dans la région du Kasaï, en République démocratique du Congo (RDC).

Le conflit au Kasaï, qui a commencé en 2016 entre un chef traditionnel local Kamuina Nsapu et les autorités de l’État, prend une plus grande ampleur avec l’apparition d’autres groupes armés qui commettent de graves atteintes aux droits de l’homme contre des civils. Le HCR estime à plus de 1,3 million le nombre de personnes déplacées dans cette région.

Lors de récentes missions effectuées au Kwilu et au Lualaba, deux provinces limitrophes du Kasaï l’équipe du HCR a rencontré de nouveaux déplacés récemment arrivés dans un état extrêmement vulnérable.

«Beaucoup ont déclaré qu’ils ont passé des semaines à fuir dans la forêt dense sans nourriture, eau, médicaments ou vêtements et qu’ils ont vu des gens mourir sur le chemin, y compris des femmes et des enfants», a déclaré vendredi un porte-parole du HCR, William Spindler, dans un point de presse à Genève.

Selon des informations contenues au niveau du centre d’actualité de l’ONU, des civils blessés ou mutilés par des coups de machette et par balle font partie des nouveaux déplacés arrivés dans un état de grande vulnérabilité. «Beaucoup de nouveaux arrivants montrent des signes de traumatismes profonds après avoir vécu ou été témoins d’atrocités, dans une situation où aucun soutien psychosocial n’est disponible», a dit M. Spindler.

Les plus populaires

Annonces