Zimbabwe: le gouvernement prévoit une croissance de 3,7% pour 2017

Annonces
Annonces
Harare (AFP) – Le produit intérieur brut du Zimbabwe va croître de 3,7% en 2017 a annoncé jeudi le ministre des Finances de ce pays plongé dans une grave crise économique depuis plus de quinze ans et dont le budget est majoritairement consacré au paiement de ses fonctionnaires.

« Les perspectives de croissances pour 2017 sont très positives », s’est réjoui Patrick Chinamasa lors d’un discours sur le budget de l’état zimbabwéen.

Selon le ministre, la croissance va notamment être soutenue par le secteur minier (+5,1%) et surtout le secteur agricole (+21,3%) qui doit se relever après la dure sécheresse qui a frappé le pays ces deux dernières années.

Les recettes fiscales devraient représenter 3,7 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros) a ajouté M. Chinamasa qui a néanmoins rappelé que les salaires des fonctionnaires laissaient peu de marge de manoeuvre pour des investissements publics.

« Le coût de l’emploi public en 2016 est resté à un niveau intenable à 3,21 milliards de dollars, soit 91,7% des recettes totales » de l’Etat, a précisé le ministre.

Chômage de masse, manque de liquidités, services publics en ruines, fuite des investisseurs: le Zimbabwe traverse depuis les années 2000 une grave crise économique qui l’a considérablement appauvri.

Pour faire face à la crise de liquidités le Zimbabwe a introduit l’an dernier des « billets d’obligation » une monnaie qui ne dit pas son nom, initialement indexée sur le dollar mais qui a depuis perdu de la valeur sur le marché noir.

90% des Zimbabwéens sont officiellement au chômage dans ce pays gouverné depuis 1980 d’une main de fer par l’inoxydable Robert Mugabe, âgé de 93 ans et candidat déclaré à sa succession l’an prochain.

Les plus populaires

Annonces