Au Sahel, Macron et Merkel veulent faire du neuf avec du vieux

Annonces
Annonces

L’annonce a été faite jeudi 13 juillet en grande pompe au palais de l’Elysée, à l’issue du conseil des ministres franco-allemand : l’Allemagne, la France et l’Union européenne ont créé une Alliance pour le Sahel. Il s’agit, selon « Le Monde », d’une plate-forme pour « intervenir davantage et mieux » dans la bande sahélo-saharienne, qui s’étend de la Mauritanie au Tchad, en passant par le Burkina, le Mali et le Niger.

« L’Alliance pour le Sahel va permettre une coordination de l’aide plus efficace, et vise à améliorer l’appui des partenaires au développement à la région afin de mieux contribuer efficacement et plus largement à la stabilisation et à l’élimination de la pauvreté, en développant les zones rurales, en créant de l’emploi pour la jeunesse, en améliorant les infrastructures énergétiques et en renforçant la gouvernance », détaille la note de présentation de l’initiative euro-franco-allemande.

Selon toujours nos confrères, ses promoteurs estiment que l’Alliance pour le Sahel va également aider les partenaires des pays de la région à mettre en œuvre « une approche intégrée portant à la fois sur la sécurité, la stabilisation à court terme et le développement à moyen et long terme ».

Comme pour conjurer toute accusation de diktat occidental, l’Allemagne, la France et l’Union européenne ajoutent que « l’initiative sera pilotée par une instance de dialogue de haut niveau entre partenaires au développement et les pays du Sahel, qui se réunira annuellement à tour de rôle, soit dans la région ou soit dans un pays contributeur ».

Les plus populaires

Annonces