Maroc : RSF dénonce les entraves au travail des journalistes dans le Rif

Annonces
Annonces

Les journalistes marocains travaillent dans des conditions extrêmement compliquées. Ils ne peuvent pas exercer leur métier en toute et liberté et indépendance. Selon Reporters sans frontières (RSF), dénonce « l’attitude des autorités marocaines » accusées d' »entraver » la couverture de la contestation dans le Rif, région du nord du Maroc secouée par un mouvement de protestation depuis neuf mois.

Depuis le début du « Hirak » (nom donné localement au mouvement populaire) en octobre dernier, RSF a « recensé de nombreuses violations de la liberté d’informer », a affirmé l’ONG dans un communiqué. « À vouloir empêcher la couverture médiatique de la révolte du Rif, les autorités marocaines font peu à peu de cette région une zone de non-droit à l’information indépendante », a estimé la directrice du bureau Afrique du Nord de RSF, Yasmine Kacha.

Selon AFP, la ville d’Al-Hoceïma et les localités voisines, épicentre du « Hirak », ont été jeudi le théâtre d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, qui ont utilisé des grenades lacrymogènes et usé de la force pour empêcher la tenue d’une grande marche.

RSF a aussi dénoncé des arrestations parmi lesquelles figure celle de Hamid El Mahdaoui, un journaliste engagé à la tête du site d’information marocain Badil, soupçonné d’avoir « invité » des personnes à « participer à une manifestation interdite ».

Les plus populaires

Annonces