Arrivées de migrantes africaines exploitées sexuellement

Annonces
Annonces

Un rapport intitulé « Le trafic d’êtres humains par la route de la Méditerranée centrale », est revenu sur l’exploitation sexuelle des migrantes africaines. Selon ce rapport produit par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), cette exploitation implique de plus en plus des jeunes filles souvent des mineures qui sont déjà victimes de violence et d’abus en route vers l’Europe.

L’OIM estime que 80% des migrantes africaines (jeunes filles) arrivant du Nigéria dont le nombre est passé de 1.454 en 2014 à 11.009 en 2016 sont des victimes potentielles de la traite à des fins d’exploitation sexuelle.

Au cours des trois dernières années, l’OIM a constaté une augmentation de près de 600% du nombre de victimes potentielles de trafic sexuel arrivant en Italie par voie maritime.

Ledit rapport renseigne que cette tendance à la hausse s’est poursuivie au cours des six premiers mois de 2017, la plupart des victimes arrivant du Nigéria. « La traite des êtres humains est un crime transnational qui détruit la vie de milliers de personnes et cause des souffrances incalculables », déclare le Directeur du bureau de coordination de l’OIM pour la Méditerranée, Federico Soda.

Les plus populaires

Annonces