Brésil: des paysans occupent des propriétés de personnalités

Annonces
Annonces
Sao Paulo (AFP) – Quelque 15.000 membres du Mouvement des paysans sans-terre (MST) ont commencé mardi à occuper des propriétés appartenant aux familles du ministre de l’Agriculture et d’un sénateur, dans le cadre d’une journée nationale d’action pour une réforme de la politique agraire au Brésil.

Le MST, mouvement de gauche, a également indiqué que ses militants occupaient une propriété à Rio de Janeiro qui, selon la Police militaire, appartient à l’ex-président de la Confédération brésilienne de football, Ricardo Teixeira. A la tête de cette puissante confédération jusqu’en 2012, il a été impliqué dans le scandale de corruption de la Fifa.

Les sans-terre ont fait de même à Sao Paulo, où ils ont commencé à occuper la ferme d’un cabinet d’architecture qui compte parmi ses associés João Batista Lima, ancien conseiller et ami du président brésilien Michel Temer.

Le mouvement a indiqué que ses partisans étaient en train d’installer des baraquements sur les propriétés occupées et que de nouvelles occupations étaient prévues dans les heures qui viennent.

« Nous allons poursuivre cette occupation jusqu’à nouvel ordre (…). Nous dénonçons le recul de la réforme agraire et la corruption et le blanchiment d’argent avec des terres », a déclaré à l’AFP Joao Paulo Rodrigues, porte-parole du MST, regrettant que ces mêmes terres ne soient pas allouées aux paysans.

Le mouvement prône une réforme qui redistribue les terres pour favoriser l’agriculture familiale au détriment de l’agro-business.

La chargée de la communication du groupe Amaggi, de la famille du ministre de l’Agriculture Blairo Maggi, a confirmé l’occupation de la propriété à Rondonopolis dans le Mato Grosso (centre-ouest). Elle a ajouté que le groupe s’efforçait de « ramener l’ordre » et de garantir la sécurité des 17 personnes qui vivent dans la ferme.

Interrogé lui aussi, le porte-parole du sénateur Ciro Nogueira, président du Parti progressiste, ne pouvait pas fournir de détails sur la situation dans la propriété de Piaui (nord-est).

– ‘Meilleure journée de lutte’ –

Le mouvement paysan a également bloqué l’accès au Centre de lancement spatial d’Alcantara, une base militaire de Maranhao (nord-est), pour protester contre un projet de coopération spatiale avec les Etats-Unis, néfaste selon lui aux habitants de la zone.

Selon le MST, les forces de sécurité ne se sont déplacées que vers les propriétés occupées de Rio et de Sao Paulo. Aucun heurt n’a eu lieu à ce stade et aucun ordre d’expulsion n’a été prononcé, a ajouté le mouvement.

Le MST compte organiser des actions dans huit Etats, avec des marches, jusqu’au 2 août, date à laquelle la Chambre des députés doit décider si elle donne le feu vert à un procès du président Temer, pour corruption, devant la Cour suprême.

« C’est la meilleure journée de lutte que nous organisons depuis des années », s’est félicité le porte-parole. « Les gens nous soutiennent car ils savent qu’un tel niveau de corruption est honteux ».

Les défenseurs du mouvement paysan et de l’environnement accusent Michel Temer de favoriser les intérêts de l’agro-business, lobby très puissant au Brésil, et de mettre en péril la subsistance du monde rural, des populations indigènes et l’environnement.

Selon une association catholique, la Commission Pastorale de la Terre (CPT), 36 personnes ont trouvé la mort dans des conflits agraires au Brésil depuis le début de l’année. L’an dernier 61 homicides ont été enregistrés.

Le MST regroupe quelque 500.000 familles paysannes et est présent dans 24 Etats du Brésil, grande puissance agricole.

Le président brésilien Michel Temer (g) et son ministre de l’Agriculture, Blairo Maggi, à Brasilia le 11 juillet 2017

Les plus populaires

Annonces