Egypte: la police tue 4 hommes accusés d’implication dans un attentat

Annonces
Annonces
Le Caire (AFP) – La police égyptienne a annoncé mercredi avoir tué dans un raid quatre hommes impliqués dans une récente attaque meurtrière ayant visé ses effectifs, au moment où les forces de l’ordre sont régulièrement la cible d’attentats jihadistes.

Depuis que l’armée a destitué en 2013 le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, les autorités égyptiennes font face à une vague d’attentats menés par des groupes extrémistes contre les militaires et les policiers, qui ont fait des centaines de morts.

Le 14 juillet, des hommes armés avaient ainsi ouvert le feu sur un véhicule des forces de l’ordre près de la petite ville de Badrachine, à une vingtaine de kilomètres au sud du Caire, tuant cinq policiers.

L’enquête des forces de sécurité a permis de découvrir deux caches utilisées par les auteurs de l’attaque, au Caire et dans sa banlieue ouest, a indiqué mercredi le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Dans la banlieue du Caire, « les éléments ont ouvert le feu, obligeant les forces à répliquer », entraînant la mort de quatre personnes, selon le communiqué. Deux autres complices ont par ailleurs été interpellés, et des armes récupérées par les assaillants durant l’attaque ont été retrouvées, d’après le texte.

Les autorités égyptiennes luttent principalement dans le nord de la péninsule du Sinaï contre une branche du groupe jihadiste Etat islamique (EI). Le 7 juillet, au moins 21 soldats avaient été tués dans ce secteur, dans une attaque revendiquée par l’EI.

Mais ces derniers mois, un autre groupuscule, Hasam, a revendiqué des assassinats et attentats au Caire et dans le delta du Nil, notamment contre la police.

Les plus populaires

Annonces