Mauritanie : révision constitutionnelle, la tension monte entre le pouvoir et les sénateurs

Annonces
Annonces

Depuis l’annonce du référendum qui prévoit la suppression du Sénat ainsi que la modification du drapeau national, la tension ne s’estompe pas entre le pouvoir et les sénateurs. Face au camp du «oui», qui regroupe la majorité présidentielle et les quelques partis de l’opposition dite «dialoguiste», les principaux partis d’opposition appellent au boycott du scrutin qu’ils jugent anticonstitutionnel.

Comme le rappelle nos confrères de Rfi, avant de convoquer lui-même le référendum, le président avait d’abord consulté le Parlement : si les députés avaient voté pour son organisation, le Sénat, pourtant acquis à la majorité présidentielle, s’était prononcé contre. Depuis, le ton n’a cessé de monter entre le président et les sénateurs.

En 25 ans d’existence, le Sénat a coûté plus de 37 millions d’euros sans réel profit pour les populations, a martelé le chef de l’Etat. Mais les sénateurs ont dit leur volonté d’occuper le Sénat jusqu’à ce que le président présente ses excuses.

La campagne pour le référendum constitutionnel contesté prévu ce samedi 5 août en Mauritanie prend fin ce jeudi à minuit.

Les plus populaires

Annonces