Burkina Faso : tensions entre policiers et gendarmes de la garde présidentielle

Annonces
Annonces

Il est devenu fréquent de constater le climat d’incompatibilité d’humeur qui existe entre les policiers et les gendarmes. Et ce, au niveau mondial. Ces deux corps semblent ne pas s’aimer malgré tout ce qui les unit.

Pour preuve, au Burkina encore, des frictions se font sentir entre éléments de la police et ceux de la gendarmerie, responsables de la garde présidentielle. Ce lundi, l’Union nationale de la police (UNAPOL, syndicat de la police, NDLR) a publié un communiqué dans lequel il alarme sur le climat au sein de cette task force, mais également sur le silence des autorités et du commandement du Groupement de Sécurité et de Protection Républicaine (GSPR).

« Il est parvenu à UNAPOL qu’au Groupement de Sécurité et de Protection Républicaine (GSPR), le climat serait tendu entre les éléments policiers et gendarmes. Ce climat délétère serait le fait d’un certain Capitaine Taoko qui se serait senti vexé par un Assistant de Police qui lui aurait tenu tête. Le Capitaine dira plus tard à l’Assistant de Police qu’il n’avait rien contre lui, mais en revanche qu’il entendait régler des comptes à la hiérarchie policière », narre le communiqué que nous avons consulté.

Les plus populaires

Annonces