Cameroun : le Pentagone lance une enquête sur de présumés cas de tortures de jihadistes

Annonces
Annonces

Comme pour dire que tout le monde est protégé par les droits de l’homme. Et les jihadistes de Boko Haram ne font pas exception à la règle. En effet, au Cameroun, le Pentagone annonce une enquête après que les forces de ce pays aient été accusées de torturer de présumés jihadistes.

Des cas de tortures qui ont été confirmés par Amnesty International dans un rapport qui évoque des maltraitances des membres de Boko Haram, notamment sur une base militaire où sont stationnés des soldats américains, celle de Garoua, dans le Nord.

Les enquêteurs devront déterminer si le commandement était au courant, en tout ou en partie, des allégations contenues dans le rapport d’Amnesty. L’ONG accuse au premier niveau le chef la Brigade d’intervention rapide et les services de renseignement.
Contacté par RFI, Africom assure que des militaires américains en poste au Cameroun ne l’ont jamais informé d’éventuelles atteintes aux droits de l’homme.

Seulement, cette affirmation ne convainc pas Matthew Page, un ancien diplomate américain en poste au Cameroun qui a tout balayé d’un revers de la main: « Cette réponse est mensongère. Africom est au courant des allégations d’atteintes aux droits de l’homme au Cameroun qui figurent dans les rapports des agences américaines de renseignement et les rapports que le département d’Etat publie chaque année sur les droits de l’homme au Cameroun. »

Les plus populaires

Annonces