Eric Baily: « Je gagnais ma vie grâce aux cabines de téléphone »

Annonces
Annonces

Dans un entretien accorde au Telegraph, l‘international ivoirien de Manchester Eric Baily dévoile son quotidien à Abidjan avant de devenir professionnel. Le défenseur ivoirien explique qu’il travaillait dans une société de cabines téléphoniques afin de gagner un salaire, même si celui-ci paraissait bien maigre.

« En Afrique, il y a des gens qui vivent dans des situations beaucoup plus difficiles, mais oui, pour me débrouiller, j’ai commencé à travailler », se souvient le défenseur des Red Devils.

Afin de poursuivre son rêve, celui de devenir footballeur professionnel, Bailly s’est adapté par rapport à ses heures de travail. « J’ai eu de la chance avec l’aide de mon père, mais j’ai dû travailler aussi. J’ai eu un programme après l’entraînement dans l’après-midi dans lequel je me rendais devant ma maison pour faire diverses choses. Je gagnais ma vie grâce aux cabines de téléphone, cela me permettait de résoudre certains de mes problèmes. »

Très vite, Bailly a dû se débrouiller seul afin de se sortir de la pauvreté. « Je ne pouvais pas toujours compter sur mes parents. Ils ont toujours essayé de m’aider, mais j’ai dû faire quelque chose pour pouvoir obtenir ce que je voulais. »

L’international ivoirien avait été repéré dans un camp d’entraînement spécialement fait pour de jeunes joueurs africains prometteurs. Il a ainsi atterit à l’âge de 19 ans à l’Espanyol Barcelone. « Il était très difficile de quitter les personnes avec qui j’étais très proche », a déclaré Bailly. « Mais vous devez également évaluer les opportunités qui se présentent. J’ai eu une bonne attitude pour y résister et en venant seul en Espagne « 

 

Les plus populaires

Annonces