La Sierra Leone ravagée par les inondations

Annonces
Annonces

Cinq jours après les inondations et glissements de terrains qui ont ravagé Freetown, au petit matin du lundi 14 août, les rescapés de la capitale de la Sierra Leone recherchent toujours les leurs dans des tonnes de boue et de débris. Mais ils finissent le plus souvent par inhumer collectivement des corps non identifiés.

Selon le reportage fait par « Le Monde », dans cette ville anglophone surpeuplée de l’Ouest africain, qui compte environ 1,2 million d’habitants et d’innombrables logis précaires, plus de 450 personnes dont au moins 122 enfants ont trouvé la mort en début de semaine. Près de 600 autres étaient toujours portées disparues, vendredi 18 août au soir, selon la Croix-Rouge internationale. Et le bilan pourrait s’aggraver.

« Nous conservons l’espoir de retrouver des survivants, mais les chances s’amenuisent de jour en jour », a déclaré, vendredi 18 août, le secrétaire général de la Fédération internationale de la Croix-Rouge, Elhadj As Sy, lors d’une conférence de presse à Genève (Suisse).

Les Sierra-Léonais ont été surpris dans leur sommeil quand de puissantes coulées de boue ont envahi les rues dans la nuit du 13 au 14 août, après trois jours de pluies torrentielles et sans alerte particulière des services météo locaux. Des pans de collines surplombant les quartiers de Racecourse, Regent et Lumleye, dans la banlieue sud de la ville, se sont effondrés sur des habitations.

Les plus populaires

Annonces