Burundi: trois morts dans une nouvelle nuit de tensions à quelques heures des élections

Annonces
Annonces

Des morts, le Burundi en a compté plus de soixante dix depuis l’annonce officielle de la troisième candidature du président sortant, Pierre Nkurunziza en avril dernier. Depuis, les partis politiques de l’opposition contre ce mandat de « trop », de concert avec la société civile n’ont cessé d’envahir les rues de Bujumbura pour manifester leur courroux devant des forces de l’ordre qui n’hésitent pas à tirer dans la foule.Hier encore, d’autres personnes sont tombées sous le coup des scènes de violence.

A seulement quelques heures de la tenue des élections législatives et communales prévues ce lundi 29 juin, le Burundi continue de compter des morts souvent issus des rangs de l’opposition qui mène une lutte acharnée contre un troisième mandat de Pierre Nkurunziza.

Selon nos sources, trois personnes sont mortes à Bujumbura dans la nuit de samedi à dimanche, durant une nouvelle nuit de tensions.

D’après elles, deux civils ont été tués, l’un par balle par des policiers et l’autre dans l’explosion d’une grenade. Le porte-parole de l’armée, Gaspard Baratuza, de compléter la triste liste des morts en précisant que la troisième victime est un soldat tué accidentellement par un autre militaire lors d’une intervention dans une habitation victime d’une attaque à la grenade.

Les décès ont été enregistrés dans les quartiers périphériques de Jabe et Kanyosha, foyers de la contestation populaire qui secoue le Burundi depuis l’annonce en avril dernier de la candidature du chef de l’Etat Pierre Nkurunziza à la présidentielle.

Les plus populaires

Annonces