Grèce: Juncker a proposé à Tsipras une solution de dernière minute

Annonces
Annonces
Bruxelles (AFP)-Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a proposé lundi au Premier ministre grec, Alexis Tsipras, une solution « de dernière minute » susceptible de débloquer un accord sur le renflouement du pays, a indiqué mardi la Commission.

Dans une conversation téléphonique, M. Juncker a expliqué « les contours d’une solution de dernière minute », selon une source à la Commission. L’idée est que M. Tspiras accepte le dernier plan des créanciers daté de samedi et s’engage à appeler les Grecs à avaliser ce texte lors du référendum prévu dimanche, ce qui permettrait la tenue d’ici là d’un Eurogroupe, a-t-on précisé.

M. Juncker a expliqué « à quoi une solution de dernière minute pouvait ressembler », a confirmé le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas, soulignant que l’échange entre le chef de l’exécutif européen et M. Tsipras avait eu lieu à l’initiative de ce dernier.

Les « paramètres » d’une telle solution, selon M. Juncker, « incluraient une réponse aux besoins financiers du pays et la question de la soutenabilité de la dette », en échange de l’engagement du gouvernement grec à faire campagne pour le oui au référendum, a précisé M. Schinas.

« Des contacts sont en cours » entre Athènes et Bruxelles après cet échange, tandis que M. Juncker a aussi consulté lundi soir le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a affirmé le porte-parole.

« Le temps se réduit » pour une réponse de la Grèce, alors que le programme de renflouement du pays expire « le 30 juin à minuit », au risque de précipiter le pays dans le défaut de paiement, a relevé M. Schinas.

Il a insisté qu’au final, toute issue à la crise devrait être donnée par l’Eurogroupe.

Un eurodéputé du Syriza, Stelios Kouloglou, a jugé que « l’initiative de Juncker doit être saisie », dans un entretien à une radio grecque. Il a affirmé que « les présidents de tous les groupes parlementaires à Bruxelles » avaient incité lundi M. Juncker « à reprendre les négociations pour arriver à un accord même au dernier moment ».

Selon une source européenne, M. Juncker a proposé au dirigeant grec de gauche radicale de lui répondre en lui envoyant une lettre, ainsi qu’à M. Dijsselbloem, et aux dirigeants allemand, Angela Merkel, et français, François Hollande, « acceptant les propositions de samedi des trois institutions », créancières, BCE, FMI et UE.

Dans ce cas, une réunion des 19 ministres des Finances de la zone euro – ou Eurogroupe – pourrait être convoquée « pour adopter une déclaration sur la base des lignes déjà expliquées à M. Tsipras », a-t-on ajouté de même source.

Les plus populaires

Annonces