RDC: l’opposant Tshisekedi quitte le pays pour raisons médicales

Annonces
Annonces
Kinshasa (AFP) – L’opposant historique congolais Étienne Tshisekedi a quitté Kinshasa tôt mardi matin pour Bruxelles pour des raisons médicales alors que son parti négocie avec la majorité soutenant le président Joseph Kabila un partage du pouvoir jusqu’à la prochaine présidentielle en République démocratique du Congo.

Le départ du vieil opposant, affaibli, pourrait compliquer ces négociations destinées à permettre une sortie pacifique à la crise politique provoquée par le maintien au pouvoir de M. Kabila au-delà du terme de son mandat, échu depuis le 20 décembre.

L’opposant de longue date, âgé de 84 ans, a décollé de l’aéroport international de Ndjili à bord d’un avion privé à 06h00 (05h00 GMT) alors que le jour se levait tout juste, selon un journaliste de l’AFP ayant observé la scène à distance.

Un peu plus tôt, alors qu’il faisait encore nuit, le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) avait été hissé, aidé par des proches, à bord d’un jet arrivé la veille.

– « Il n’est pas mourant » –

Selon une source aéroportuaire, sa femme a pris place à son côté dans l’avion à bord duquel voyage aussi une infirmière.

« Il n’est pas mourant, mais il doit partir pour un contrôle (médical) à Bruxelles », a déclaré à l’AFP un proche de la famille Tshisekedi.

Mais pour un haut cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), la santé du « Vieux », comme le surnomment affectueusement ses compagnons d’engagement politique, s’est brusquement dégradée. « C’est (peut-être) un aller simple, ce n’est pas à exclure », a déclaré ce dirigeant du parti sous le couvert de l’anonymat.

Voulant couper court « à des rumeurs » sans préciser les motifs du voyage, l’UDPS avait publié dans la nuit un communiqué affirmant que son chef partirait pour Bruxelles « mardi (…) à 10h00 » pour un séjour prévu de longue date ayant « été plusieurs fois reporté compte tenu de la situation politique au pays et des enjeux de l’heure ».

– ‘Responsabilités historiques’ –

Selon ce même communiqué, « le chef du parti ne tardera pas à revenir pour assumer ses responsabilités historiques ».

M. Tshisekedi était rentré triomphalement au Congo fin juillet, après près de deux ans de convalescence dans la capitale belge. Des centaines de milliers de Congolais étaient alors venus l’accueillir. Cela avait été le plus grand rassemblement politique des cinq dernières années à Kinshasa.

Concurrent malheureux de M. Kabila lors de la présidentielle de 2011, entachée de fraudes massives, M. Tshisekedi est la figure de proue d’un « Rassemblement » d’opposition constitué en juin pour exiger la tenue de la présidentielle dans les temps et le départ du chef de l’État sortant au terme de son mandat.

Après avoir multiplié les mots d’ordre contradictoires à l’attention de la population, l’UDPS a fini par rallier les négociations sous l’égide de l’Église catholique destinées à éviter une nouvelle descente aux enfers à un pays de 71 millions d’habitants parmi les moins développés au monde ravagé par deux guerres entre 1996 à 2003.

Pouvoir et opposition ont conclu le 31 décembre un accord de cogestion du pays actant le maintien au pouvoir de M. Kabila jusqu’à l’élection de son successeur censée avoir lieu à la fin de l’année.

Les modalités pratiques de la mise en œuvre de cette entente continuent de faire l’objet d’âpres négociations, en particulier en ce qui concerne le partage des postes au sein de l’exécutif, et le nouveau gouvernement prévu par l’accord n’a pas encore vu le jour.

Aux termes de l’entente conclue le 31 décembre, M. Tshisekedi devait être confirmé jeudi à la tête du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), organe consultatif chargé notamment de veiller au bon déroulement des préparatifs de l’élection.

Opposant sous la dictature du maréchal Mobutu (1965-1997), dont il fut longtemps proche, M. Tshisekedi n’a cessé de dénoncer le pouvoir des Kabila, d’abord le père, Laurent-Désiré, tombeur de Mobutu, puis son fils Joseph, ayant hérité des rênes de la RDC après l’assassinat de son géniteur en 2001.

Joseph Kabila est aujourd’hui âgé de 45 ans et la Constitution congolaise lui interdit de se représenter mais il ne donne aucun signe de vouloir quitter le pouvoir.

Il s’est maintenu à la tête de la RDC dans un climat de violences (ayant fait au moins 56 à 125 morts dans la semaine du 19 décembre), en vertu d’une décision controversée de la Cour constitutionnelle, finalement avalisée par l’opposition dans l’accord du 31 décembre.

Etienne Tshisekedi (C) entouré de la foule à son retour triomphal le 24 janvier 2017 à Kinshasa

Joseph Kabila le 15 novembre 2016 à Kinshasa

Les plus populaires

Annonces