Cyclisme: la FDJ, vingt ans après pour un défi inédit

Annonces
Annonces
Paris (AFP) – L’équipe FDJ fête en 2017 ses vingt années d’existence avec son chef de file, Thibaut Pinot, lancé vers un défi inédit, doubler le Giro et le Tour de France, et une nouveau groupe féminin, baptisé FDJ/Nouvelle Aquitaine Futuroscope.

« Quand on fait un bon Tour d’Italie, on peut aussi faire un bon Tour de France… si on en a envie », a estimé le responsable de l’équipe, Marc Madiot, lors de la présentation jeudi soir à Paris, en présence du secrétaire d’Etat aux Sports Thierry Braillard.

« Tout passe par l’envie. Pour Thibaut, c’est le moment de le faire, il est dans la force de l’âge », a insisté Marc Madiot pour son leader âgé de 26 ans, crédité d’une remarquable première partie de saison l’année passée avant d’échouer dans le Tour de France juillet venu.

« Ma préparation sera différente des autres années, je pars un peu dans l’inconnu », a reconnu Thibaut Pinot qui n’a plus couru depuis son abandon du Tour. Mais le grimpeur franc-comtois (3e du Tour 2014) débutera sa saison dès dimanche, au GP La Marseillaise.

Marc Madiot a insisté aussi sur le renfort apporté à Arnaud Démare, son sprinteur, vainqueur l’an dernier de Milan-Sanremo. Deux coureurs italiens, Davide Cimolai et l’expérimenté Jacopo Guarnieri, ont été recrutés pour le train du Picard, qui reviendra en juillet sur le Tour avec, pour objectif, de remporter une étape.

« Une nouvelle page »

Conformément à sa tradition, l’équipe française joue aussi sur la formation. David Gaudu (20 ans) symbolise la relève, dans le droit fil de son succès l’an dernier au Tour de l’Avenir, l’épreuve de référence de la catégorie espoirs.

Contributeur majeur du sport français (plus de 220 M E apportés au budget du CNDS en 2016), la Française des jeux a décidé d’investir dans une équipe féminine, la seule en France qui appartient au WorldTour féminin.

« Nous avons ouvert une nouvelle page », s’est félicitée la PDG de l’opérateur, Stéphane Pallez, très impliquée dans le développement du sport féminin et dans l’engagement sociétal.

La formation féminine a fait appel à deux éléments étrangers d’expérience, l’Australienne Shara Gillow et la Néerlandaise Roxane Knetemann. Mais elle s’est surtout donnée pour mission de travailler sur la détection (dès les cadettes) et l’épanouissement de ses jeunes talents, notamment Roxane Fournier, en vue lors des derniers Mondiaux sur route au Qatar.

« On peut être à la fois performant, populaire et intègre », a résumé la PDG de l’entreprise durant cette présentation qui a mis en valeur aussi la candidature de Paris à l’organisation des JO d’été 2024. A l’instar d’Estelle Mossely, championne olympique de boxe catégorie poids légers l’été dernier.

Les plus populaires

Annonces