Gambie: de la présidentielle au retour du président Barrow

Annonces
Annonces
Banjul (Gambie) (AFP) – Rappel des développements depuis le scrutin présidentiel du 1er décembre en Gambie, où le nouveau président Adama Barrow est arrivé jeudi après-midi, cinq jours après le départ en exil de son prédécesseur Yahya Jammeh, épilogue d’une crise de six semaines.

– Défi inédit pour Jammeh –

– 1ER DECEMBRE 2016: Les Gambiens votent pour désigner leur nouveau président parmi trois candidats en lice, dont Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 22 ans, et Adama Barrow, candidat d’une large coalition de l’opposition.

Le lendemain, la Commission électorale annonce la victoire de M. Barrow.

M. Jammeh reconnaît sa défaite et téléphone à M. Barrow pour le féliciter. Ce dernier assure qu’il ne lancera pas de « chasse aux sorcières ».

– 5 déc: Un tribunal ordonne la libération sous caution du chef du Parti démocratique uni (UDP, principal parti d’opposition) Ousainou Darboe, et de 18 co-prévenus, condamnés en juillet à trois ans de prison ferme. Une quarantaine d’opposants sont libérés sous caution dans les jours qui suivent.

– Brusque revirement de M. Jammeh –

– 5 déc: La Commission électorale indique que M. Barrow l’a emporté sur Yahya Jammeh avec une avance plus réduite qu’annoncée initialement et une participation inférieure. Selon les résultats révisés, M. Barrow est élu avec 43,2% des voix (contre 45,5% initialement), M. Jammeh arrive deuxième avec 39,6% des voix (contre 36,6% initialement), soit quelque 19.000 voix d’écart, le troisième et dernier candidat, Mama Kandeh, étant crédité de 17% (initialement 17,8%).

Le 9 décembre, Yahya Jammeh annonce qu’il ne reconnaît plus les résultats, dénonçant des « erreurs inacceptables ».

Condamnations de la communauté internationale, qui le presse de reconnaître sa défaite.

– Médiations de la Cédéao –

– 13 déc: Une délégation de présidents de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ne parvient pas à convaincre M. Jammeh de reconnaître sa défaite. Au contraire, le même jour, son parti saisit la Cour suprême pour réclamer l’annulation de l’élection, arguant d’irrégularités dans la comptabilisation des votes et l’organisation du scrutin.

Le 31 décembre, M. Jammeh estime que la Cédéao lui a fait « une déclaration de guerre » en affirmant envisager tous les moyens pour le pousser à quitter le pouvoir.

Nouvelle mission de dirigeants ouest-africains en janvier.

– Pas de décision de la Cour suprême –

– 10 JANVIER 2017: La Cour suprême juge impossible de statuer sur le recours de M. Jammeh avant plusieurs mois, faute de juges.

– 13 jan: L’Union africaine somme M. Jammeh de quitter le pouvoir pacifiquement, sous peine de « sérieuses conséquences ».

– 15 jan: Le Sénégal affirme avoir accepté d’accueillir jusqu’à son investiture Adama Barrow, à la demande de la Cédéao.

– 16 jan: Le président de la Cour suprême se récuse de l’examen du recours porté par Yahya Jammeh contre l’investiture de M. Barrow.

– 17 jan: M. Jammeh proclame l’état d’urgence, invoquant « un niveau d’ingérence étrangère exceptionnel et sans précédent ».

– Barrow investi à Dakar – Intervention ouest-africaine –

– 19 jan: Adama Barrow prête serment à l’ambassade de Gambie au Sénégal, lors d’une cérémonie officielle.

Des troupes d’une Mission de la Cédéao en Gambie (Micega) pénètrent en territoire gambien, après un vote au Conseil de sécurité de l’ONU, mais suspendent leur progression pour permettre une « dernière médiation » régionale.

– Jammeh en exil, Barrow à Banjul –

– 20 jan: Les présidents mauritanien et guinéen obtiennent l’accord de principe de M. Jammeh pour quitter la Gambie, mais les discussions se poursuivent sur les conditions de son départ. Le chef d’état-major de l’armée et le chef de la police font allégeance à M. Barrow.

Le lendemain, Yahya Jammeh quitte le pouvoir et le pays pour une ville non précisée en Guinée équatoriale, via Conakry.

Le 22 janvier, la Micega se déploie, y compris à Banjul, pour « sécuriser » le pays.

– 26 jan: Adama Barrow arrive à Banjul, acclamé par une foule en liesse.

Les plus populaires

Un commentaire pour le moment

Commentaires fermés.

Annonces