Indonésie: un café nazi veut rouvrir dans un quartier plus animé

Annonces
Annonces
Bandung (Indonésie) (AFP) – Un café indonésien à la décoration nazie, dont l’existence avait suscité une vague d’indignation à l’étranger, cherche à rouvrir dans un quartier plus animé après avoir été contraint à la fermeture par manque de clients, a annoncé jeudi l’avocat de son propriétaire.

Situé à Bandung, au sud-est de Jakarta, le « SoldatenKaffee » (« Le café des soldats ») était décoré de croix gammées, d’un portrait d’Adolf Hitler et d’images de propagande nazie.

Son propriétaire, Henry Mulyana, avait déjà volontairement fermé le café en 2013 après avoir reçu des menaces de mort.

Mais l’établissement avait rouvert un an plus tard, en élargissant sa thématique à la Seconde Guerre mondiale avec des portraits de Winston Churchill ou Joseph Staline, tout en gardant les symboles nazis, parmi lesquels trois immenses aigles en fonte flanqués d’une croix gammée.

Ce n’est pas la controverse qui a eu raison de l’établissement qui servait schnitzel (escalope panée) et bière allemande, mais le manque de clients.

Rohman Hidayat, avocat de M. Mulyana, a expliqué que la faible fréquentation du « SoldatenKaffee » n’était pas due à sa thématique.

« L’intérêt du public était faible parce qu’il n’est pas situé dans un quartier stratégique », a déclaré M. Hidayat à l’AFP, précisant que le café, qui se trouvait dans un quartier calme et excentré, avait fermé il y a six mois.

– Condamnations internationales –

M. Mulyana cherche un nouveau lieu plus propice, a-t-il dit sans préciser quand le café rouvrirait.

Le « SoldatenKaffee » avait ouvert en 2011 et opéré dans l’indifférence totale jusqu’à la publication en 2013 d’un article sur son existence dans la presse anglophone locale, repris à travers le monde. La multiplication des condamnations internationales avait alors contraint les autorités locales à convoquer le propriétaire, qui avait ensuite fermé son établissement.

En Indonésie, un tel lieu peut rester ouvert contrairement en Europe, où l’apologie du nazisme est interdite dans de nombreux pays.

« Ces objets ne sont pas illégaux », a affirmé M. Hidayat. « Ce n’est pas que nous aimons Hitler, mais nous aimons toutes les choses relatives à la Seconde Guerre mondiale. »

Des dizaines d’Indonésiens, pour l’essentiel des jeunes, avaient assisté en 2014 à la réouverture du café en uniformes militaires, dont l’un portait un brassard avec une croix gammée. Certains avaient posé pour des photos en tant que « prisonniers de guerre » dans une « salle d’interrogatoire ».

Un certain antisémitisme latent peut être observé dans le pays musulman le plus peuplé de la planète.

Une des pires insultes est d’y être traité de « yahudi » (« juif ») et l’opposition à Israël, avec lequel Jakarta n’entretient pas de relations diplomatiques, fait parfois apparaître des croix gammées dans des manifestations de soutien aux Palestiniens.

Un café à Bandung, en Indonésie qui avait été contrait à la fermeture par manque de clients, le 16 juillet 2013
Un café à décoration nazie à Bandung, en Indonésie, le 16 juillet 2013

Les plus populaires

Annonces