Lavillenie: « (Rio) c’est marqué à vie, mais il faut aller de l’avant »

Annonces
Annonces
Rouen (AFP) – « C’est marqué à vie, mais il faut aller de l’avant »: le perchiste Renaud Lavillenie, qui effectue sa rentrée en salle samedi à Rouen, est revenu vendredi sur la blessure de sa défaite aux JO de Rio et les sifflets du public brésilien.

« Je suis dans l’état d’esprit qu’on est en 2017 et qu’il faut aller de l’avant. Si je passe mon temps à penser à Rio, il faut que j’arrête ma carrière », a souligné le détenteur du record du monde (6,16 m).

« J’ai envie de continuer et de montrer qu’il y a aussi des choses qui sont très belles en sport », a ajouté le champion olympique 2012.

A Rio, alors que Lavillenie (5,98 m) et le jeune Brésilien Thiago Braz, finalement vainqueur (6,03 m), avaient engagé un superbe duel, le Français avait été copieusement sifflé pour ses derniers sauts par des supporters à la culture footballistique. De nouveau conspué le lendemain lors de la cérémonie de remise des médailles, Lavillenie avait craqué, en larmes, sur le podium.

A Rouen, Lavillenie retrouvera notamment Thiago Braz.

De retour de blessure (quadriceps droit), le Français n’aborde pas dans les meilleures conditions la compétition rouennaise. « J’ai eu une séance de perche et direct la +compet+. Je suis vraiment très loin de mes standards, mais je me dis que si j’arrive par chance à mettre tout bout à bout, ça peut faire une performance correcte », a expliqué le Clermontois.

Les plus populaires

Annonces