Gabon : Fin de mission pour la CPI après deux jours de travail

Annonces
Annonces

Après quarante huit heures ponctuées d’enquêtes approfondies, la mission de la Cour pénale international au Gabon a quitté le pays.
Ce court séjour a permis aux experts de la CPI de collecter plusieurs données en vue d’un examen préliminaire qui permettra éventuellement d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerres et violation des droits de l’homme commis lors de la contestation violente de la réélection d’Ali Bongo Ondimba.

Selon nos informations, en deux jours, les experts ont rencontré des membres du gouvernement, des opposants, la société civile, le procureur de la République et des diplomates en poste au Gabon. « Un bilan très positif. La mission s’est déroulée sans aucune restriction, sans aucune entrave », déclare Emeric Rogier, chef de la mission.

Rappelons qu’après « la guerre » des urnes, le président Bongo et Jean Ping ont joué les prolongations à la CPI. Tous les deux se renvoyaient la responsabilité de la tension poste-électorale.

Le 21 septembre dernier les autorités gabonaises, avaient transmis à la CPI un document dans lequel elles accusent notamment Jean Ping et ses partisans d’incitation au génocide ou encore de crimes contre l’humanité, avant pendant et après la dernière présidentielle.

Réponse du berger à la bergère, le 15 décembre, l’opposant contre-attaque en déposant à son tour un dossier. C’est sur ces entrefaites que la Cour pénale internationale a décidé de faire séjourner une équipe d’experts au Gabon pour se faire une idée de la situation.

Les plus populaires

Annonces