Johnny Depp s’excuse après ses propos évoquant un assassinat de Trump

Annonces
Annonces
Los Angeles (AFP) – L’acteur vedette Johnny Depp s’est excusé vendredi pour avoir évoqué en plaisantant un assassinat de Donald Trump lors d’un festival de musique en Angleterre, en déclarant qu’il était « peut-être temps » qu’un acteur tue le président américain.

La star de « Pirates des Caraïbes » a envoyé un communiqué au magazine People en affirmant que ses paroles au festival de Glastonbury « ne sont pas ressorties comme (il) en avai(t) l’intention ».

« J’essayais juste d’être amusant, pas de faire du mal à quiconque », a-t-il ajouté.

L’acteur américain de 54 ans, l’un des plus grands noms d’Hollywood, a tenu ces propos dans la nuit de jeudi à vendredi lors d’une séance dans le cadre du festival où il présentait son film de 2004 « Rochester, le dernier des libertins ».

« Je pense qu’il a besoin d’aide et il y a beaucoup d’endroits merveilleux très sombres où il pourrait aller », a-t-il répliqué lorsqu’il a été interrogé sur Donald Trump devant un public de 1.500 personnes.

« C’est quand la dernière fois qu’un acteur a assassiné un président? (…) Ca fait longtemps et peut-être qu’il est temps », avait-il ajouté.

En 1865, le président Abraham Lincoln a été abattu dans un théâtre de Washington par l’acteur John Wilkes Booth.

« Le président Trump condamne la violence sous toutes ses formes et c’est triste que d’autres comme Johnny Depp ne suivent pas son exemple », a réagi la Maison Blanche dans un communiqué.

« J’espère que certains des collègues de M. Depp vont s’élever contre ce type de rhétorique aussi fermement qu’ils l’auraient fait si ses commentaires étaient adressés envers un élu démocrate », a ajouté Sarah Huckabee Sanders, porte-parole du président américain.

Johnny Depp est la dernière célébrité en date à faire des commentaires controversés sur le président Trump.

La chanteuse Madonna aurait fait l’objet d’une enquête des services de sécurité présidentiels après avoir lancé qu’elle voulait « faire exploser la Maison Blanche » lors de la grande marche des femmes à Washington en janvier.

L’humoriste Kathy Griffin a été évincée de la présentation de la soirée du réveillon sur CNN après avoir posté une photo d’elle sur les réseaux sociaux où elle tient un masque ressemblant à la tête décapitée de Trump.

Il y a deux semaines, une nouvelle polémique a été déclenchée après une représentation à New York du « Jules César » de Shakespeare où l’empereur romain poignardé était incarné par un homme d’affaires blond ressemblant étrangement au président américain.

Les plus populaires

Annonces