Violences au Gabon: l’opposition dit avoir présenté ses doléances aux experts de la CPI

Annonces
Annonces

« Les faits rappelés ont porté sur : les massacres de prisonniers à la prison centrale de Libreville ; les membres de familles restées sans nouvelles de parents découverts plus tard dans les morgues ; les restrictions d’accès aux pompes funèbres et donc aux corps des défunts ».

C’est la déclaration faite par Clay Martial Obame, le porte-parole de l’opposition incarnée par Jean Ping qui continue toujours se dire victorieux de la dernière présidentielle. A travers cette déclaration, la coalition de Jean Ping dit avoir listé dans son dossier les principaux crimes commis par le pouvoir en place.

« Nous disons qu’il y a des crimes contre l’humanité parce qu’il y a eu des rafles, des exécutions extrajudiciaires, des disparitions. Et il est de l’obligation pour la Cour pénale internationale de mener les investigations en vue d’inculper les auteurs et les commanditaires de ces crimes abominables », ajoute pour sa part Georges Mpaga le principal interlocuteur de la société civile.

Toutes ces doléances ont transmises aux experts de la CPI en mission dans le pays pendant deux jours pour mener des enquêtes.

Les plus populaires

Annonces