Les Etats-Unis veulent la « liberté de mouvement » pour le Nobel chinois Liu Xiaobo

Annonces
Annonces
Pékin (AFP) – Les Etats-Unis ont appelé mardi la Chine à accorder au prix Nobel de la paix 2010 Liu Xiaobo la « liberté de mouvement » et l’accès aux médecins de son choix après la libération conditionnelle et l’hospitalisation du dissident, atteint d’un cancer.

L’ambassade américaine à Pékin a déclaré être en train de « recueillir davantage d’informations » sur la situation de M. Liu, notamment sur son état de santé, après sa sortie de prison et son transfert dans un hôpital du nord-est du pays.

Aujourd’hui âgé de 61 ans, l’opposant avait été condamné en 2009 à 11 ans de réclusion pour « subversion ». Il a été mis en liberté conditionnelle après qu’on lui eut diagnostiqué en mai un cancer du foie en phase terminale, a indiqué son avocat Mo Shaoping.

« Nous appelons les autorités chinoises non seulement à libérer M. Liu, mais aussi à libérer sa femme, Mme Liu Xia, de la résidence surveillée dont elle fait l’objet », a indiqué à l’AFP la porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis en Chine Mary Beth Polley.

Liu Xiaobo Liu Xia, une poète, est assignée à résidence à son domicile pékinois depuis 2010, année où son mari avait remporté le prix Nobel de la paix. Elle est privée de quasiment tout contact avec l’extérieur.

La Chine doit fournir au couple « la protection et la liberté — comme la liberté de mouvement et l’accès aux soins médicaux de son choix — auxquels ils ont droit en vertu de la constitution et du système juridique chinois et des obligations internationales », a déclaré Mme Polley.

– ‘Une lourde responsabilité’ –

Emblème de la lutte pour la démocratie en Chine, M. Liu avait été condamné après avoir corédigé un texte, la Charte 08, qui prônait le respect des droits de l’homme et des élections libres.

L’administration pénitentiaire a indiqué qu’il était actuellement traité par une « équipe de huit oncologistes réputés » dans un centre hospitalier universitaire de Shenyang.

« Il n’a aucun projet particulier. Il reçoit juste un traitement médical », a indiqué son avocat.

Unique Nobel de la paix emprisonné dans le monde, mais immanquablement qualifié de « criminel » par les autorités, Liu Xiaobo était devenu un encombrant symbole pour le régime communiste, auquel Washington et l’Union européenne réclamaient sa libération, à l’unisson d’une vaste mobilisation internationale.

Les soutiens et amis de Liu Xiaobo ont exprimé lundi leurs inquiétudes sur son état de santé tout en réclamant sa mise en liberté « inconditionnelle » et son accès à des traitements médicaux à l’étranger.

Le comité Nobel de la paix, tout en se disant « heureux » de voir M. Liu libéré, a ainsi « très profondément regretté qu’il ait fallu une maladie grave pour qu’il soit relâché ».

« Les autorités chinoises portent une lourde responsabilité si la privation de liberté a fait qu’il n’a pas reçu l’aide médicale nécessaire à temps », a prévenu le comité.

« C’est ajouter des préjudices physiques à l’insulte ! (…) Les autorités doivent s’assurer que Liu Xiaobo reçoive un traitement adapté, avec un accès effectif à sa famille », a réagi auprès de l’AFP Patrick Poon, chercheur de l’ONG Amnesty International.

– Ex de Tiananmen –

Su Yutong, journaliste et militante chinoise exilée en Allemagne, s’est dite « extrêmement choquée et attristée » du sort de son ami.

« On ignore s’il a été soumis en prison à des tortures ou à des traitements inhumains. Mais (…) il ne pouvait ni écrire, ni s’exprimer, ni exercer sa liberté de penser: ce qui, en tant qu’intellectuel, devait être la pire des tortures. ».

Les inquiétudes sur le sort de Liu Xiaobo étaient avivées par un message vidéo de son épouse Liu Xia, diffusé tard lundi par Su Yutong. Elle s’y écriait en pleurs: « (Il) ne peut pas être opéré, ni recevoir de chimiothérapie! ». Des amis du couple ont confirmé à l’AFP avoir reconnu sa femme dans l’enregistrement.

Alors enseignant à Pékin, Liu Xiaobo avait participé en 1989 au mouvement prodémocratie de la place Tiananmen. Après la sanglante répression qui s’était ensuivie, il avait passé un an et demi en prison sans jamais avoir été condamné.

Enfermé dans un camp de rééducation « par le travail » entre 1996 et 1999 et exclu de l’université, il était ensuite devenu un animateur du Centre indépendant Pen Chine, un regroupement d’écrivains.

Liu Xiaobo

Les plus populaires

Annonces