Mauritanie: un nouveau front contre le référendum constitutionnel

Annonces
Annonces

En Mauritanie, la contestation prend de nouvelles allures. Après plusieurs jours de tractations, plusieurs partis et organisations de la société civile ont décidé de se regrouper, ponctuellement, pour mener une campagne active contre la révision constitutionnelle qui sera soumise au vote des Mauritaniens.

Une réforme qui, selon Rfi, prévoit en particulier la suppression du Sénat et de la Haute Cour de justice ainsi qu’un changement de drapeau. Un texte refusé par les sénateurs d’où le choix du président de passer par la voie référendaire.

On trouve dans ce nouveau front, la coalition de l’opposition du Front national pour la démocratie et l’unité (FNDU), d’autres partis tels que le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) et Sawab, mais aussi plusieurs mouvements comme l’organisation de lutte contre l’esclavage IRA, ou les jeunes de Touche pas à ma Constitution.

Une alliance de circonstance motivée par un objectif commun : faire échouer le référendum constitutionnel du 5 août, jugé anticonstitutionnel. « Ce scrutin est le fruit d’une décision unilatérale, il ne mènera à rien, nous espérons toujours qu’il n’ait pas lieu », résume un leader politique.

Ce regroupement, qui ne s’est pas encore doté d’un nom, appelle à une journée « ville morte » le 5 août pour faire chuter le taux de participation et décrédibiliser le référendum, ajoute notre source.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces