Venezuela: le manifestant violoniste arrêté, selon une ONG

Annonces
Annonces
Caracas (AFP) – Le jeune Wuilly Arteaga, qui en jouant du violon au milieu des gaz lacrymogènes est devenue une icône des manifestations contre le président Nicolas Maduro, a été arrêté jeudi lors d’une protestation à Caracas, a dénoncé vendredi une ONG.

Arteaga, 23 ans, était toujours détenu vendredi au siège de la Garde nationale, un corps militarisé, dans l’ouest de la capitale, selon le message publié sur Twitter par Alfredo Romero, directeur exécutif de Foro Penal, association de défense des droits de l’homme.

Le musicien a été arrêté le deuxième jour de la grève générale de 48 heures organisée par l’opposition contre Nicolas Maduro et son projet contesté d’Assemblée constituante qui doit être élue dimanche pour réécrire la Constitution.

Une cinquantaine de personnes ont été interpellées dans tout le pays jeudi, a précisé Romero.

En près de quatre mois de manifestations quasi quotidiennes, l’ONG a dénombré quelque 4.500 arrestations. 113 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations au Venezuela en avril, selon le parquet.

Durant un rassemblement samedi à Caracas, Wuilly Arteaga avait été atteint au visage par des plombs de chasse, qui l’ont fait saigner abondamment, selon ses déclarations.

« Je ne vais pas me laisser intimider (…). Nous allons continuer la lutte », avait-il déclaré dans une vidéo diffusée sur Twitter, où l’on pouvait le voir sur un brancard, le visage bandé et tuméfié.

Juste après avoir été soigné, il s’était emparé de son violon sur son lit et avait repris la mélodie, suscitant l’admiration de ses fans sur les réseaux sociaux.

L’opposition, qui appelle au blocage des rues principales de chaque ville jusqu’à dimanche, défie ouvertement le président Nicolas Maduro qui a interdit les manifestations. Les contrevenants s’exposent à 5 à 10 ans de prison, a prévenu jeudi le ministre de l’Intérieur, le général Nestor Reverol.

Le militant d’opposition joue du violon devant des véhicules blindés de la police anti-émeutes au cours d’une manifestation contre le président vénézuélien Nicolas Maduro, à Caracas, le 24 mai 2017.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces