Indonésie: 153 Chinois arrêtés pour une gigantesque escroquerie

Annonces
Annonces
Jakarta (AFP) – L’Indonésie va expulser 153 Chinois arrêtés pour leur implication présumée dans une escroquerie internationale en ligne dont le préjudice est estimé à 380 millions d’euros, a indiqué mardi la police de l’archipel d’Asie du Sud-Est.

Les suspects, qui agissaient depuis l’étranger pour éviter d’être détectés par les autorités chinoises, se faisaient passer pour des policiers ou responsables officiels chinois. Ils ciblaient de riches hommes d’affaires et hommes politiques chinois en Chine, confrontés à des difficultés d’ordre juridique, et leur promettaient de résoudre leurs problèmes en échange de versements immédiats, a précisé la police indonésienne.

Appréhendés à la suite d’un renseignement des autorités chinoises, les 153 suspects appartenaient à une organisation criminelle. Ils ont récolté 6.000 milliards de roupies (380 millions d’euros) depuis le début des escroqueries fin 2016, selon la même source.

« Nous menons une enquête approfondie et sommes en contact avec les autorités chinoises pour les expulser », a déclaré le porte-parole de la police nationale, Rikwanto, qui n’a qu’un patronyme comme nombre d’Indonésiens.

Les suspects ont été arrêtés lors d’opérations distinctes le weekend dernier dans la capitale Jakarta, à Surabaya, deuxième ville du pays, et sur l’île de Bali.

Parmi eux figurent des spécialistes en informatique qui récupéraient des informations sur les victimes et mettaient au point des systèmes de communication pour les contacter, a ajouté le porte-parole.

« Les auteurs et les victimes étaient chinois. Il se trouve qu’ils opéraient depuis l’Indonésie », a déclaré un porte-parole de la police de Jakarta, Argo Yuwono.

La police cherche par ailleurs à savoir comment plusieurs suspects chinois ont pu pénétrer en Indonésie illégalement, sans passeport valable.

Les cyber-délinquants visant des victimes en Chine exploitent de plus en plus des technologies avancées pour commettre des escroqueries depuis l’étranger, qui se répandent en Asie du Sud-Est depuis quelques années.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces