Mauritanie : victoire du « oui » au référendum constitutionnel

Annonces
Annonces

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz peut enfin se réjouir, car le « oui » l’a emporté lors du référendum constitutionnel. Mais une victoire catégoriquement rejetée par l’opposition et les sénateurs dont leur chambre était visé par le projet de révision constitutionnelle.

Avec un taux de participation de 53,73 %, 85 % des électeurs ont opté pour le changement à travers ce référendum, à savoir l’abolition du Sénat et son remplacement par des Conseils régionaux, mais aussi une modification du drapeau national.
En effet, le président Aziz entend ajouter deux bandes au drapeau pour « valoriser le sacrifice des martyrs » de la résistance à la colonisation française (1960).

La campagne a été houleuse et marquée par plusieurs cas de violences pendant des manifestations de l’opposition. Mais n’empêche que le dimanche, les mauritaniens se sont rendus aux urnes.

Victoire du camp du « OUI »

La commission nationale électorale indépendante (CENI) a rendu public dimanche soir un communiqué à l’issue duquel elle annonce les résultats provisoires du référendum du 5 août 2017. Ce communiqué a été lu par le président du comité des sages de cette commission, Dr. Abdallahi Ould Soueid Ahmed.

Ces résultats montrent que, s’agissant du Projet de loi constitutionnelle référendaire portant révision de l’article 8 de la constitution du 20 juillet 1991, sur 1. 389. 092 électeurs inscrits, 746. 655 ont voté et sur ce nombre 584. 084 ont voté OUI contre 68. 124 NON.

Alors que pour le Projet de loi constitutionnelle référendaire portant révision de certaines dispositions de la Constitution du 20 juillet 1991 le OUI a remporté 573. 935 voix contre 67 146.

Des sénateurs assiègent la Ceni pour protester

Certains membres de la commission de crise issue du sénat ont protesté dimanche devant la commission électorale nationale indépendante contre les résultats du referendum sur les amendements constitutionnels.

Selon le reporter de Sahara Media sur place, le mouvement est dirigé par Mohamed O. Gadda, le sénateur de Boumdeid Mohamed Sid’Ahmed O. Gazouany et Malouma mint El Meidah.

La commission de crise avait annoncé samedi la suspension du sit-in des sénateurs pour une durée de 48 heures qui s’achèvent lundi.

Les plus populaires

Il y a actuellement 2 commentaires

Commentaires fermés.

Annonces