Centrafrique : Un responsable de l’ONU parle de « signes avant-coureurs de génocide »

Annonces
Annonces

Ça sent le roussi en Centrafrique. C’est du moins ce que laisse croire un constat fait par un haut responsable de l’ONU qui a parlé de « signes avant-coureurs de génocide ». L’expert a réclamé lundi davantage de militaires et de policiers pour l’opération de maintien de la paix des Nations unies en Centrafrique (Minusca).

« Les signes avant-coureurs de génocide sont là »
, a selon Afp, déclaré lundi 7 août Stephen O’Brien secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires, en rendant compte lors d’une réunion au siège new-yorkais de récents voyages menés en Centrafrique et en République démocratique du Congo.

De l’avis de ce haut responsable onusien, il est temps d’augmenter le nombre de militaires et de policiers de la Minusca, la mission de paix conduite par l’ONU en Centrafrique, afin qu’elle soit en adéquation avec son mandat de protection des civils.

« Nous devons agir maintenant, ne pas réduire l’effort de l’ONU et prier pour ne pas avoir à vivre en le regrettant », a ajouté dans sa déclaration secrétaire général adjoint de l’ONU.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces